Scroll To Top

Pourquoi réviser le SCoT ?

 

Depuis l’adoption du SCoT Sud Gard en 2007, le paysage réglementaire a profondément évolué. C’est pourquoi, par une délibération du 23 mai 2013, les élus ont décidé de lancer la révision du SCoT.

L’objectif poursuivi est triple :

  • Adapter le projet du SCoT aux évolutions législatives successives, notamment celles apportées par les lois Grenelle et ALUR. Le document SCoT est étoffé en termes de contenu (nouvelles thématiques : biodiversité, aménagement numérique, tourisme…) et d’objectifs (réduction des émissions de GES, diminution des obligations de déplacements, amélioration des performances énergétiques…)

  • Prendre en compte l’évolution du périmètre du SCoT. Actuellement, ce dernier comprend 81 communes réparties sur 7 EPCI.

En 2009, 4 communes ont rejoint Nîmes Métropole (Saint Chaptes, Saint Anastasie, Dions et Sernhac). Suite au redécoupage des périmètres des intercommunalités, la commune de Montagnac a intégré la Communauté de Commune de Leins Gardonnenque, et la Commune de Canne et Clairan a rejoint la Communauté de Communes du Pays de Sommières.

  • Prendre en compte les nouvelles infrastructures impactant le territoire (LGV du Contournement Nîmes Montpellier) et affirmer le positionnement d’équipements structurants (future gare TGV de Manduel-Redessan).

 

Etalée sur près de trois années (2015-2017), la révision va s’appuyer sur les acquis de la mise en œuvre du SCoT approuvé en 2007. Pour mémoire, ce dernier reste opposable jusqu’à l’approbation du SCoT révisé.

Accès élus

Partager sur :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.En savoir plusD'accord